“REVIENS LÉON” VEUT FAIRE REVENIR LES ENTREPRENEURS À LA MAISON

By FrenchConnect London, 12 Oct 2015

Tour Eiffel

Crédit: Christos TSOUMPLEKAS via Flickr sous licence Creative Commons

VIDÉO – Plusieurs pépites françaises, parmi lesquelles BlaBlaCar et Criteo, lancent un nouveau programme d’attractivité destiné aux start-up françaises.


Tous unis contre le French bashing. Une dizaine d’entrepreneurs français lancera mercredi 27 mai un nouveau programme d’attractivité internationale destiné aux start-up de l’Hexagone. Celui-ci sera baptisé «Reviens Léon», en référence à une publicité Panzani des années 1980 dont le slogan «Reviens Léon, j’ai les mêmes à la maison» a marqué une génération.

Ce programme comptera notamment les fondateurs de BlaBlaCar, Criteo ou encore Showroomprive.com parmi ses instigateurs. Ces derniers bénéficieront en outre du soutien de la French Tech, label piloté par le secrétariat d’État dédié à l’économie numérique. «Il y a en ce moment en France un souffle créatif inédit. Et la France est, aujourd’hui, l’un des terreaux entrepreneuriaux les plus fertiles en Europe et dans le monde», écrivent les signataires mardi matin dans une tribune publiée par Le Monde.

 

Après une vague d’exil des entrepreneurs français, l’heure est donc à la reconquête. En octobre dernier, Xavier Niel défendait avec ardeur l’écosystème français, «un endroit fantastique pour créer une entreprise», estimant notamment «beaucoup plus simple de créer une entreprise en France que dans la Silicon Valley». Et si le maire de Londres proposait de «dérouler le tapis rouge» aux start-up françaises, Bernard Arnault préférait lui se montrer optimiste sur le redressement de l’Hexagone. «C’est un mouvement qui est démarré maintenant: réduire la sphère étatique pour rendre de la compétitivité aux entreprises, ce qui fait qu’elles pourront investir, embaucher»soulignait en novembre le PDG de LVMH.

«Soyons honnêtes, les obstacles ne viennent ni de l’Etat, ni des blocages réels ou fantasmés de notre pays, ni du manque de financement. L’obstacle, c’est que tu n’es pas là. Pour grandir, nous avons besoin de toi!», écrivent encore les signataires. Les exilés ne seront cependant pas si faciles à convaincre. Car eux aussi se dotent de structures pour gagner en visibilité. Fin janvier se lançait à Londres FrenchConnectLondon, le club des entrepreneurs et investisseurs français de la high-tech à Londres, peu pressés de revenir poser leurs valises en France.

LE FIGARO TECH & WEB | 26 | Par Géraldine Russell